L’alimentation d’un bébé avec le lait d’une autre femme que sa mère

10 janvier 2020 | Actualités scientifiques

Les Dossiers de l’Allaitement mettent en avant une revue de littérature faisant le point sur l’alimentation d’un bébé avec le lait d’une autre femme que sa mère

Les Dossiers de l’Allaitement de décembre 2019 (La Lèche League France) ont mis en avant un article du Journal of Human Lactation*. Il passe en revue des données publiées sur les 30 dernières années sur l’utilisation de lait humain exprimé (LHE) dans le but de nourrir un bébé avec du lait provenant d’autres femmes que sa mère, ou “de donneuses”.

En effet, certaines mères sont dans l’incapacité d’allaiter leur enfant avec leur propre lait. Il se peut alors qu’elles se tournent vers des lactariums pour utiliser le lait d’autres femmes.
Parfois, l’échange informel sans passer par un lactarium est également utilisé comme une option. La pratique devient de plus en plus répandue, notamment grâce à Internet, poussant les professionnels de santé à devoir informer les parents et répondre à toute question sur le sujet.

Comme il est précisé dans l’article, l’alimentation d’un bébé par du LHE est vu différemment dans le monde, souvent pour des raisons religieuses ou culturelles. Les mauvaises pratiques de gestion et de conservation, la possibilité de transmissions de virus ou de substances néfastes, ainsi que les obstacles politiques, économiques et socio-culturels sont également des raisons pour lesquelles certains professionnels semblent réticents envers la pratique.

Pourtant, l’utilisation du lait humain, même d’une autre mère que la sienne, reste préférable à l’utilisation de lait artificiel, grâce aux bienfaits liés à la composition du lait maternel. Les lactariums utilisent des pratiques rigoureuses, suivant des recommandations plus ou moins détaillées pour fournir un lait maternel de qualité.

L’objectif serait maintenant d’informer au mieux les professionnels puis les patients sur l’utilisation du LHE, pour permettre à la pratique d’être mieux comprise, moins informelle et plus sécurisée.  Selon les chercheurs, ceci pourrait passer par des protocoles pour les professionnels de santé et réseaux d’aides aux mères allaitantes.
Ils précisent par ailleurs qu’il faudrait plus de données sur le lait humain acheté et les réseaux de partage de lait informel.

Palmquist AEL et al. Current trends in research on human milk exchange for infant feeding, Journal of Human Lactation, 2019, Vol. 35(3) : 453-77.

Disponibilité de cet article en français (Dossiers de l’Allaitement) chez IPA

Pour aller plus loin  :

*Ces articles sont disponibles sur demande chez IPA.
Les revues Les dossiers de l’allaitement, Journal of Human Lactation et Breastfeeding Medicine sont consultables sur place sur RDV ou en prêt pour les adhérents.
Voir les conditions de consultation au Centre de Ressources CERDAM d’IPA 
Publié par : EB, Documentaliste IPA.

Mots clés : , , ,

Articles en lien

  • Soutenir les femmes allaitantes: un guide pour les apprentis

      Cette ressource repérée par WBTI UK (World Breastfeeding Trends Inititiative), rédigée par Patricia Wise, consultante en allaitement maternel, sert […]

    Lire la suite >
  • Le soutien des mères allaitantes en surpoids ou obèses

    Allaiter en surpoids : le soutien des mères Les femmes en surpoids ont de plus gros risques de santé que […]

    Lire la suite >
  • Un composé présent dans le lait maternel lutte contre les infections bactériennes néfastes

    Des chercheurs identifient un composé du lait maternel capable de lutter contre des infections causées par des bactéries néfastes : […]

    Lire la suite >