Effets de l’allaitement sur la douleur liée à l’endométriose

14 janvier 2022 | Actualités scientifiques

L’environnement hormonal semble avoir une influence considérable sur le développement de l’endométriose, suggérant que certains mécanismes physiologiques, tels que l’allaitement, peuvent influencer l’évolution de la maladie.

L’allaitement maternel est susceptible d’améliorer l’endométriose et réduire ses symptômes compte tenu du rôle des hormones impliquées dans la pathogenèse de l’endométriose. Par conséquent, il est présumable que le mécanisme de rétroaction hormonale déclenché par l’allaitement peut affecter négativement le développement de la maladie et réduire les récidives. Certaines études suggèrent que l’allaitement maternel peut protéger contre l’endométriose, mais son impact positif sur la maladie a été mal évalué et ce sujet a été peu débattu dans la littérature. Une équipe de recherche italienne a mené une étude observationnelle prospective : ce type d’étude correspond à un faible niveau de preuve et présente des limitations mais ouvre la voie dans un domaine de la recherche encore peu exploré.

L’objectif principal de cette étude était d’évaluer l’effet de l’allaitement sur la dysménorrhée, la dyspareunie, les douleurs pelviennes chroniques acycliques, les lésions d’endométriose et le taux de récidive chez les femmes présentant une endométriose histologiquement confirmée. L’objectif secondaire était d’analyser la relation entre la durée et l’intensité de l’allaitement et l’aménorrhée et la douleur post-partum, ainsi que la récidive de l’endométriose.

Les résultat de l’étude suggèrent que l’allaitement exclusif et prolongé peut bénéficier aux femmes atteintes d’endométriose, et peut réduire les symptômes de la douleur et prévenir les récidives. En particulier, l’étude a montré que l’allaitement réduit significativement l’intensité des symptômes douloureux. Ces résultats sont en corrélation avec la durée et l’intensité de l’allaitement. Une taille réduite des endométriomes ovariens et des récidives a également été observée, bien que le rôle de l’allaitement sur les lésions d’endométriose ne soit pas encore clair. D’après l’étude, les gynécologues devraient donc encourager les femmes à commencer à allaiter immédiatement après l’accouchement et à continuer longtemps. Les résultats de cette étude sont prometteurs, mais des recherches plus approfondies avec un échantillon plus large comprenant des femmes atteintes d’endométriose qui n’allaitent pas sont nécessaires pour confirmer le rôle de l’allaitement en tant que facteur de protection chez les femmes atteintes d’endométriose.

PROSPERI PORTA, Romana, SANGIULIANO, Chiara, CAVALLI, Alessandra, et al. Effects of Breastfeeding on Endometriosis-Related Pain: A Prospective Observational Study. International Journal of Environmental Research and Public Health [en ligne]. Octobre 2021, Vol. 18, nᵒ 20, p. 10602. DOI 10.3390/ijerph182010602.

Pour aller plus loin  :

Publié par : JC, Documentaliste IPA.

Mots clés : , ,

Articles en lien

  • Réponses inflammatoires incontrôlées : rôles à long terme de l’alimentation du nourrisson

    Maladie de Kawasaki et COVID-19 : réflexions pour de futures recherches sur l’effet protecteur de l’allaitement maternel La correspondance est […]

    Lire la suite >
  • Influence des interventions éducatives sur l’engorgement mammaire et l’allaitement maternel exclusif

    L’engorgement mammaire et les douleurs mammaires peuvent entraîner l’arrêt précoce de l’allaitement maternel exclusif par les mères. Une équipe de […]

    Lire la suite >
  • Tabagisme et allaitement : revue systématique de la littérature par des spécialistes du CNGOF et de la SFT

    Dans un numéro spécial de la revue Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie consacré à la Prise en charge du tabagisme […]

    Lire la suite >