La marketing abusif des laits infantiles réduit l’allaitement maternel et nuit à la santé infantile et maternelle à l’échelle mondiale

09 février 2024 | Actualités scientifiques

Allaitement maternel, systèmes de première alimentation et pouvoir des entreprises : une étude de cas sur le marché et les pratiques politiques de l’industrie transnationale des aliments pour bébés au Brésil

 

Quarante ans après l’adoption du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel  par les États membres de l’OMS, de nombreux pays n’ont toujours pas pleinement mis en œuvre ses dispositions dans leur législation nationale. De plus, malgré le Code, les marchés mondiaux des laits infantiles se sont considérablement développés. Dans cet article, nous adoptons le Brésil comme étude de cas pour comprendre le pouvoir du marketing et de l’activité politique des entreprises de l’industrie des aliments pour bébés, et comment cela influence le « système alimentaire de premier ordre » du pays de manière à promouvoir et à soutenir la consommation de lait infantile.

L’étude portée par Cindy Alejandra Pachón Robles, Mélissa Mialon, Laís Amaral Mais, Daniela Néri, Kimielle Cristina Silva et Philippe Baker intitulée « Breastfeeding, first-food systems and corporate power: a case study on the market and political practices of the transnational baby food industry in Brazil » vise à souligner le cas d’étude brésilien concernant les problématiques du marketing de masse sur les taux d’allaitement du pays.

« Les taux d’allaitement ont chuté au Brésil jusqu’à un niveau historiquement bas dans les années 1970. La résurgence de l’allaitement maternel à partir du milieu des années 1980 reflète un renforcement de l’engagement politique en faveur d’un cadre politique national et d’une loi sur la protection de l’allaitement maternel, résultant à son tour des actions collectives des associations, des défenseurs et des mères. Pourtant, plus récemment, les améliorations en matière d’allaitement ont stagné au Brésil, tandis que l’industrie a augmenté ses ventes de lait infantile industriel au Brésil de 750 % entre 2006 et 2020. À mesure que les réglementations se sont durcies, l’industrie a promu de manière plus agressive les laits infantiles pour les nourrissons plus âgés et les jeunes enfants, ainsi que pour les produits spécialisés. L’industrie des aliments pour bébés est renforcée par l’association avec de puissants groupes industriels et emploie des lobbyistes proche des décideurs politiques. L’industrie a conquis la profession pédiatrique au Brésil grâce à son association de longue date avec la Société brésilienne de pédiatrie. »

Conclusion de l’étude

« Dans l’ensemble, nos résultats révèlent que l’activité politique des entreprises de cette industrie est susceptible de constituer un obstacle important au renforcement des actions futures visant à protéger, promouvoir et soutenir les femmes et les familles qui allaitent au Brésil. Cela suggère que de nouvelles modalités d’action en matière de santé publique sont nécessaires pour réduire le pouvoir des entreprises sur le système alimentaire brésilien, y compris des actions visant à limiter l’accès de l’industrie aux décideurs politiques du pays, tout en garantissant que les groupes de la société civile et les professionnels sans conflits d’intérêts soient engagés pour guider prise de décision et garantir la responsabilité. »

« L’action prioritaire devrait également inclure l’élimination des conflits d’intérêts au sein de la profession pédiatrique au Brésil, qui en fin de compte sapent la crédibilité de la profession et remettent en question l’impartialité de l’orientation qu’elle fournit aux professionnels de la santé et des conseils que les pédiatres donnent aux femmes et aux familles. Au minimum, cela pourrait inclure la fin des relations financières que les associations professionnelles entretiennent avec l’industrie, la prévention et la gestion des conflits d’intérêts entre les membres et l’interdiction de la participation de l’industrie à des formations et conférences professionnelles.

En fin de compte, de telles actions contribueront à faire progresser les droits à la santé, à l’alimentation et à la nutrition du peuple brésilien, et surtout les droits des mères et des enfants, au-dessus des intérêts commerciaux.« 

Pour en savoir plus sur le Code, IPA vous recommande la lecture des articles suivants :

Comprendre le Code de commercialisation des substituts du lait maternel (cours en ligne gratuit)

Recommandation 11 : Protéger les familles des pressions commerciales en respectant le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (SLM), aussi appelé Code OMS

Vidéo de la journée Nationale IHAB – Lobbys et santé publique : Du NutriScore au Code OMS

 

Télécharger et lire l’étude en entière.

Source : Robles, C.A.P., Mialon, M., Mais, L.A. et al. Breastfeeding, first-food systems and corporate power: a case study on the market and political practices of the transnational baby food industry in Brazil. Global Health 20, 12 (2024). https://doi.org/10.1186/s12992-024-01016-0

Articles en lien

  • Le lait des femmes transgenres est de la même qualité que le lait des femmes cisgenres selon NHS Trust

    Le NHS Trust des hôpitaux universitaires de Brighton et du Sussex ont mis-à-jour en janvier 2024 leur documentation concernant le […]

    Lire la suite >
  • Alimentation des nourrissons prématurés : lait maternel cru et ou lait maternel congelé/pasteurisé ?

    Le lait maternel cru, jamais conservé ou pasteurisé, n’est pas toujours disponible pour nourrir les nourrissons prématurés ; cependant, le […]

    Lire la suite >
  • Association entre l’arrêt de l’allaitement chez les nourrissons de moins de six mois et les symptômes dépressifs post-partum au Nevada

    La dépression post-partum touche 13 % des femmes après l’accouchement aux États-Unis. Les mères souffrant de dépression sont moins susceptibles […]

    Lire la suite >