Sommeil « normal » des bébés: retour sur le Webinar de l’anthropologue Helen Ball

19 novembre 2020 | Actualités scientifiques

Le sommeil des bébés est un thème récurrent en consultation de soutien à l’allaitement, aussi nous vous présentons un aperçu du webinar d’Helen Ball sur la thématique du sommeil des bébés et de la norme biologique.

Helen Ball, anthropologue à l’Université de Durham spécialisée dans le sommeil des bébés (co-fondatrice  du site d’information BASIS), a présenté le 11/11/2020 un webinar  dans le cadre du Festival of Science 2020

Dans ce webinar, elle nous explique la vision des anthropologues sur la « normalité » en ce qui concerne le sommeil des bébés, afin d’aider les parents à comprendre le comportement de leur bébé la nuit et ainsi les aider à supporter les nuits hachées.

Ce qui peut être considéré comme « normal » peut varier énormément et il y a différents points de vue possibles concernant le sommeil des bébés :

– le point de vue culturel : affirmations dans une culture donnée sur ce qui devrait arriver, par exemple que « un bon bébé dort tout le temps », que « les bébés doivent apprendre à s’endormir seuls », et que « pleurer leur fait du bien ».

-le point de vue statistique de la « normalité » : que l’on retrouve dans les livres sur le sommeil des bébés, les articles de magazine. Basé sur des moyennes statistiques , il apporte des informations telles que « combien d’heures devrait dormir un bébé de tel âge », par exemple « 5 heures d’affilée à 3 mois ».

-et enfin le point de vue anthropologique qui se base sur la norme biologique de la dyade mère/enfant, sur les besoins et les capacités de l’enfant.

Les mères et les bébés forment une dyade évolutive à la biologie commune, dans laquelle les parents répondent aux besoins de leur enfant.

La biologie est à l’origine du sommeil des bébés, ce n’est pas une compétence apprise.  Les bébés humains sont de petits mammifères qui ont besoin de tétées fréquentes et ne peuvent pas survivre seuls. Contrairement aux espèces nidicoles dont les petits restent dans un nid et sont nourris peu fréquemment par du lait très gras (comme les renards), les bébés humains sont des bébés ayant besoin de tétées fréquentes (le lait maternel est riche en sucre et moins en gras) et d’un contact rapproché avec le parent pendant qu’ils finissent leur gestation hors de l’utérus.

Durant les premiers mois, il n’y a pas de rythme jour/nuit, et ils ne peuvent pas dormir pendant de longues périodes.

Le besoin d’un contact rapproché est un comportement tout à fait normal et même un besoin biologique du fait de l’immaturité neurologique des bébés.

Ce besoin biologique est en conflit avec les attentes culturelles dans nos sociétés modernes où nous avons créé des nids (berceaux) pour y laisser nos bébés durant de longues périodes la nuit.

Helen Ball revient sur l’histoire scientifique du dernier siècle qui explique la création des berceaux et la promotion de « routines» et d’affirmations culturelles encore entendues aujourd’hui.

La biologie des nourrissons indique que les bébés humains devraient se réveiller périodiquement la nuit durant la première année, en raison des besoins énergétiques importants pour la croissance rapide du cerveau. Plusieurs mois sont nécessaires pour qu’un rythme jour /nuit soit établi. D’après une méta-analyse, il y a une grande variabilité les premiers mois sur la quantité totale de sommeil des bébés par 24h : de 8 à 22h de sommeil.  Ce qui est en contradiction avec les données statistiques présentées dans beaucoup d’ouvrages sur le sommeil des enfants. Alors comment savoir si le sommeil de notre enfant est normal ? Un bébé qui a assez dormi est alerte et heureux durant ses temps d’éveil.

Helen Ball rapporte ensuite deux études réalisées à 20 ans d’intervalle où l’on observe une évolution dans le ressenti des mères par rapport au sommeil et à l’allaitement. Alors qu’il y a 20 ans le point de vue culturel était prédominant avec l’idée que le lait artificiel pourrait permettre de meilleures nuits, et qu’il fallait donner de bonnes habitudes au bébé la nuit, aujourd’hui le point de vue biologique apparaît également, où les réveils sont acceptés et considérés comme normaux par les mères.

Elle rapporte également les résultats d’une étude où l’on a observé le sommeil pour 2 groupes de dyades mère/ bébé : un groupe de bébés nourris au lait artificiel et un groupe allaité. Les quantités de sommeil des bébés étaient mesurées et les mères devaient également rapporter les quantités de sommeil sur un agenda du sommeil.

Il apparaissait que les quantités de sommeil des bébés dans les 2 groupes étaient similaires. Par contre le ressenti des mères était différent, avec les mères qui sur évaluaient les quantités de sommeil de leur bébé, les mères utilisant le lait artificiel sur évaluant plus le temps de sommeil de leur bébé, peut être car elles pouvaient partager les réveils avec leur partenaire.

Il est possible d’aider les parents à supporter les nuits courtes : en leur apportant des informations sur la norme biologique du sommeil des bébés, en les incitant à demander de l’aide à leur entourage pour la logistique lors des premières semaines, mais aussi en faisant attention à notre langage. Plutôt que demander si le bébé dort bien (norme culturelle qui rend la norme biologique « pathologique »), demander à la maman si elle arrive à se reposer avec les nuits hachées (ce qui sous-entend que les réveils la nuit sont normaux).

Helen Ball souligne l’anxiété et le manque de préparation des parents en ce qui concerne le sommeil des bébés et ce qui est biologiquement normal. Les attentes des parents ne coïncident pas avec la réalité, ce qui peut générer anxiété, stress et dépression.  Il semble que connaître les besoins et la norme biologique en ce qui concerne le sommeil des bébés permette aux parents de mieux accepter et supporter le manque de sommeil.

Le problème à résoudre n’est finalement pas celui du sommeil des bébés, mais celui du manque d’information et de soutien pratique, émotionnel et psychologique apporté aux jeunes parents aujourd’hui.

Pour aller plus loin :

  • Wiessinger D.,  West D., Smith LJ, Pitman T.  Sweet sleep. La Lèche League Internationale . Pinter et Martin.2014
  • Claude Didier Jean Jouveau. Présentation Power point «  Allaitement et Sommeil des mères ». 2018  (consulté le13/01/2022)

Et aussi …

Présentation française par Elise Armoiry, Consultante en lactation IBCLC
Publié par : KM, Documentaliste IPA. MAJ 13/01/2022

Mots clés : , , ,

Articles en lien

  • Mise à jour des recommandations sur l’allaitement de l’American Academy of Pediatrics

    L’Académie de pédiatrie américaine actualise ses recommandations sur l’allaitement et l’utilisation de lait maternel, et s’aligne sur les recommandations de […]

    Lire la suite >
  • L’allaitement est il féministe ? avec Béatrice Kammerer – Replay JRA21

    (re)découvrez l’intervention de Béatrice Kammerer aux Journées Régionales de l’Allaitement maternel 2021 Visualiser le power-point La vidéo n’est pas sous-titrée. […]

    Lire la suite >
  • WEBINAIRE – Comment les médicaments passent-ils dans le lait maternel ?

    Une présentation sur l’excrétion des médicaments dans le lait maternel par la spécialiste Wendy Jones « Lorsque les professionnels de santé […]

    Lire la suite >