Allaitement d’un enfant atteint d’un syndrome de Down et d’une leucémie

19 octobre 2018 | Actualités scientifiques

Présentation de l’article de Breastfeeding Review (Vol 25, n°3 Novembre 2017)  : Breastfeeding a child with Down Syndrom through Leukaemia.

Cet article est une étude de cas: il présente l’histoire de Dylan, atteint de trisomie 21, et des bénéfices probables de l’allaitement maternel qu’il a poursuivi lors du traitement pour une Leucémie Aigue Mégacaryoblastique. Les enfants atteints de Trisomie 21 sont plus à risque de Leucémie.  Les protocoles de chimiothérapie dans le cas des trisomies 21 sont adaptés aux spécificités de cette maladie (sensibilité, risque cardiaque) et on observe un taux de survie de 87% à 5 ans. Les anticancéreux utilisés pour traiter les leucémies ont de nombreux effets indésirables, notamment mucites, anorexie, perte de poids, et risque  infectieux augmenté. Dylan a été diagnostiqué à 18 mois, et était toujours allaité 2 à 3 fois par jour en complément d’une alimentation solide.

Pendant le traitement chimiothérapique, il a augmenté la fréquence des tétées, comme un nourrisson, et réduit ses apports en solide. Sa mère a pu rester à ses côtés et bénéficiait de repas spécifiques pour mères allaitantes (procédure de l’hôpital jusqu’aux 2 ans de l’enfant).

Durant ces 7 mois de traitement, Dylan a aussi reçu  plusieurs transfusions, et des traitements antibiotiques ayant eu pour conséquences une diarrhée importante et des ulcérations au niveau des fesses.

Contrairement aux autres enfants du service, Dylan n’a pas perdu de poids et n’a eu besoin de la pose d’une sonde gastrique. Il n’a pas présenté de mucites, effet secondaire fréquent des anti-cancéreux. L’allaitement lui a permis de se réconforter durant ou après des examens cliniques invasifs, et l’a certainement rassuré et distrait dans ce nouvel environnement loin de la maison. Pouvoir maintenir cet allaitement a également soulagé sa maman, voir son bambin malade ainsi étant très difficile.

Les auteurs décrivent et discutent  les bénéfices du lait maternel observés dans ce cas et dans d’autres études : effets anti-inflammatoire, orexigène, antimicrobien, nutritif, antioxydant, et réconfortant.

Après sa guérison, Dylan a retrouvé une alimentation solide progressivement et a réduit le nombre de tétées.

Grâce au soutien de l’équipe hospitalière (qui a même fait évoluer la procédure des repas des mères allaitantes, en enlevant l’âge limite des 2 ans de l’enfant), Dylan et sa Maman ont pu maintenir leur relation d’allaitement durant cette épreuve.

McGuire Elizabeth, Miller Heather. Breastfeeding a child with Down Syndrom through LeukemiaBreastfeeding Review. Novembre 2017, Vol 25, n°3, pp. 27-31.

*Cet article et cette revue sont disponibles sur demande chez IPA. Voir les conditions de consultation au Centre de Ressources CERDAM d’IPA 

Pour aller plus loin   :

Présentation française par Elise Armoiry, Bénévole IPA (Devenir bénévole chez IPA)
Publié par : KNM, Documentaliste IPA. 

Mots clés : , , , ,

Articles en lien

  • Allaitement des bébés porteurs de trisomie 21

    En France, nous avons découvert récemment  le projet Julia’s way, créé par Ella Gray Cullen, à travers une série de […]

    Lire la suite >
  • Après une chimiothérapie pendant la grossesse, l’allaitement est-il possible?

    L’allaitement maternel est-il possible après une chimiothérapie pour traiter un cancer pendant la grossesse?   Cette étude montre que les […]

    Lire la suite >