Obstacles et éléments facilitateurs liés à l’allaitement maternel chez les prématurés modérés à tardifs : une étude systématique

18 août 2021 | Actualités scientifiques

La revue Breastfeeding Medicine de Mai 2021 met en avant un article sur les facteurs influant l’allaitement chez les prématurés modérés à tardifs.

La plupart des prématurés naissent entre 32 et 36 SA, (prématurité modérée entre 32 et 34 SA, prématurité tardive entre 35 et 36 SA) et cela s’accompagne de risques importants à court et à long terme. L’allaitement maternel réduit bon nombre de ces risques, mais les taux d’allaitement maternel chez ces prématurés sont inférieurs à ceux des nouveau-nés à terme.

Une équipe de recherche a effectué un examen systématique des études en identifiant les facteurs associés au succès de l’allaitement maternel chez ces prématurés ainsi que les interventions visant à améliorer l’allaitement maternel.

Il s’agissait d’une recherche systématique effectuée à l’aide de la base de données PubMed, le 24 avril 2020. Au total, 11 articles décrivant les obstacles à l’allaitement maternel chez les prématuré modérés à tardifs et 6 articles sur les interventions visant à améliorer l’allaitement maternel ont été inclus (dont 1 article concernant la cohorte française Epipage). Les interventions ont été classées selon différents résultats : initiation de l’allaitement maternel, maintien de l’allaitement pendant 5 jours à 6 semaines, et maintien pendant 3 mois ou plus. En raison de l’hétérogénéité des caractéristiques de l’étude, aucune méta-analyse n’a été effectuée.

Les résultats montrent que les taux d’allaitement maternel étaient plus faibles chez les mères ayant un statut socioéconomique inférieur et au sein des ménages monoparentaux. Pour l’initiation de l’allaitement (jusqu’à la sortie de l’hôpital), fournir aux parents plus d’informations sur l’allaitement et plus de soins de santé a considérablement amélioré les taux d’allaitement. Le contact peau à peau continu par rapport au contact peau à peau standard n’a pas amélioré de manière significative l’initiation de l’allaitement, la poursuite de l’allaitement pendant 5 jours à 6 semaines, ou la poursuite de l’allaitement pendant 3 mois ou plus. Comparativement à l’absence de soins Kangourou, les soins Kangourou n’ont pas affecté de manière significative les taux d’allaitement à la sortie de l’hôpital, à 3, 6, 12 ou 18 mois, mais ils ont significativement amélioré la durée de l’allaitement et l’exclusivité de l’allaitement à 6 mois. L’alimentation à la tasse (au lieu de l’alimentation au biberon) a eu des effets contradictoires sur l’initiation et le maintien de l’allaitement : certaines études ont rapporté des effets significatifs, d’autres non.

Cette revue systématique admet des limitations méthodologiques, mais souligne qu’il s’agit toutefois du premier examen systématique qui identifie à la fois les groupes à risque et les interventions visant à améliorer l’allaitement maternel chez les prématurés moyens, et fournit des données détaillées sur la qualité des études incluses, ce qui fournit un contexte et facilite une meilleure interprétation des résultats. Elle souligne également la nécessité  d’autres études de haute qualité étudiant l’effet des interventions sur les taux d’allaitement chez les prématurés moyens pour améliorer la base de données probantes pour soutenir la pratique, et des études qui devraient viser notamment spécifiquement à résoudre les incertitudes concernant les impacts de l’alimentation à la tasse et de l’utilisation de bouts de sein.

En conclusion, cette étude met l’accent sur la nécessité d’accorder une attention particulière aux femmes dans les groupes à risque. Il est important que les professionnels de santé et les décideurs soient conscients de ces groupes à risque et conçoivent des interventions pour améliorer la réussite de l’allaitement.

CARPAY, Nora C., KAKAROUKAS, Andreas, D. EMBLETON,  Nicholas et al. Barriers and Facilitators to Breastfeeding in Moderate and Late Preterm Infants: A Systematic Review. Breastfeeding Medicine [en ligne]. Mai 2021, Vol. 16, nᵒ 5, p. 370‑384. DOI 10.1089/bfm.2020.0379

*Cet article est disponible sur demande chez IPA.

 

Pour aller plus loin  :

*Ces documents sont disponibles sur demande chez IPA.
La revue Breastfeeding Medicine est consultable sur place sur RDV ou en prêt pour les adhérents.
Voir les conditions de consultation au Centre de Ressources CERDAM d’IPA.
Publié par : JC, Documentaliste IPA.

Mots clés : , , ,

Articles en lien

  • Retard de croissance extra-utérin : effet neuroprotecteur de l’allaitement exclusif

    L’allaitement est recommandé pour les nourrissons qui présentent un faible poids de naissance. Une étude s’intéresse à l’impact de l’allaitement […]

    Lire la suite >
  • Quelles perspectives de recherche sur l’allaitement maternel et le lait humain?

    Présentation de l’article Cet article, publié en novembre 2020 (1), présente les conclusions de chercheurs et spécialistes de l’allaitement maternel […]

    Lire la suite >
  • Soutenir les femmes allaitantes: un guide pour les apprentis

      Cette ressource repérée par WBTI UK (World Breastfeeding Trends Inititiative), rédigée par Patricia Wise, consultante en allaitement maternel, sert […]

    Lire la suite >