Vaccination COVID-19 et allaitement

12 février 2021 | Articles thématiques
logoIPA

Les femmes allaitantes peuvent-elles se faire vacciner contre le COVID-19 ?

Les femmes enceintes et les femmes allaitantes ayant été exclues des essais cliniques des quatre vaccins contre la Covid-19 (SARS-CoV-2) autorisés en France, les données relatives à ce groupe de population sont insuffisantes. Les autorités sanitaires se montrent prudentes, et invitent les mères allaitantes à consulter leur médecin. Néanmoins, il n’y a pas à ce jour de contre-indication à la vaccination pour les femmes allaitantes. L’OMS recommande la vaccination aux femmes allaitantes au même titre que les autres adultes.

Avertissement : cet article est régulièrement mis à jour pour refléter l’évolution des connaissances et des recommandations. Néanmoins, nous indiquons la date de dernière consultation des différentes sources car les informations sont susceptibles de changer rapidement et nous vous invitons à y être vigilant·e. De plus, nous ne citons ici que les recommandations qui concernent le rapport à l’allaitement.

Naviguez dans l’article :

Les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS)

Pfizer, Moderna et AstraZeneca : “Par ailleurs, il n’existe pas d’étude sur le passage de ces vaccins dans le lait ou chez la femme allaitante, mais la HAS rappelle que, sur la base des mécanismes biologiques (dégradation rapide des ARNm), il n’y a pas d’effet attendu chez le nourrisson et l’enfant allaité par une femme vaccinée. La vaccination chez la femme allaitante est donc possible.”

Janssen : “Les femmes qui allaitent ont été incluses dans les études cliniques de phase 3 du vaccin Covid-19 Janssen. Les données disponibles ne permettent pas de savoir si les composants du vaccin Covid-19 de Janssen ou les anticorps induits par ce vaccin sont excrétés dans le lait maternel. Aucune donnée ne permet d’évaluer l’impact potentiel du vaccin Covid-19 Janssen sur la production de lait ou sur l’enfant allaité. Toutefois, compte-tenu des résultats des études menées chez l’animal et chez l’Homme avec les autres vaccins de Janssen utilisant l’Ad26 comme vecteur montrant la dissémination limitée de ce vecteur non réplicable après une injection intramusculaire, aucun effet sur l’enfant allaité n’est attendu avec le vaccin Covid-19 Janssen. L’administration de ce vaccin pendant l’allaitement doit être envisagée lorsque les potentiels avantages l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et l’enfant.

[Documents consultés le 26/11/2021]

Les recommandations du Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale

L’allaitement n’est absolument pas un obstacle à la vaccination. La réponse immunitaire des femmes enceintes suite à une vaccination avec les vaccins à ARNm est identique à celles des femmes non enceintes. Des anticorps post vaccinaux ont été retrouvés dans le sang du cordon ombilical et dans le lait, pouvant laisser suggérer un effet protecteur du nourrisson, comme pour la grippe ou la coqueluche.”

[Documents consultés le 26/11/2021]

Les recommandations de l’Agence Européenne du Médicament (EMA)

“Les études préliminaires menées chez l’animal ne mettent pas en évidence d’effets nocifs sur la grossesse; les données concernant l’utilisation du vaccin [Cominarty]/[COVID-19 Vaccine Moderna]/[COVID-19 AstraZeneca]/[COVID-19 Vaccine Janssen] pendant la grossesse sont cependant très limitées. Bien qu’il n’existe pas d’études relatives à l’allaitement, aucun risque n’est attendu en cas d’allaitement. La décision concernant l’utilisation du vaccin chez les femmes enceintes doit être prise en étroite consultation avec un professionnel de santé après examen des bénéfices et des risques.”

[Documents consultés le 26/11/2021]

Les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Recommandations provisoires pour l’utilisation des vaccins :

Pfizer et Moderna : “L’allaitement maternel offre d’importants avantages pour la santé des femmes qui allaitent et de leurs nourrissons. L’efficacité du vaccin devrait être similaire chez les femmes qui allaitent et chez les autres adultes. On ne dispose pas de données sur les avantages ou les risques potentiels du vaccin chez les enfants allaités. Cependant, étant donné que [le vaccin BNT162b2] / [le vaccin mRNA-1273] ne contient pas de virus vivant et que l’ARNm n’entre pas dans le noyau de la cellule et se dégrade rapidement, il est biologiquement et cliniquement peu probable qu’il présente un risque pour l’enfant allaité. Compte tenu de ces éléments, l’OMS recommande l’administration du vaccin BNT162b2 / du vaccin mRNA-1273 aux femmes allaitantes au même titre que les autres adultes. L’OMS ne recommande pas d’interrompre l’allaitement en raison de la vaccination.”

AstraZeneca : “L’allaitement offre des avantages substantiels pour la santé des femmes qui allaitent et de leurs enfants allaités. L’efficacité du vaccin devrait être similaire chez les femmes allaitantes comme chez les autres adultes. On ne sait pas si l’AZD1222 est excrété dans le lait maternel. Comme le vaccin [AZD1222] est un vaccin sans réplication, il est peu probable qu’il présente un risque pour l’enfant qui allaite. Sur la base de ces considérations, les femmes allaitantes qui font partie d’un groupe recommandé pour la vaccination, par exemple les agents de santé, devraient se voir offrir la vaccination sur une base équivalente. L’OMS ne recommande pas d’interrompre l’allaitement après la vaccination.”

Janssen : “L’allaitement maternel offre d’importants avantages pour la santé des femmes qui allaitent et de leurs nourrissons. L’efficacité du vaccin devrait être similaire chez les femmes qui allaitent et chez les autres adultes. On ne dispose pas de données sur les avantages ou les risques potentiels du vaccin chez les enfants allaités. Cependant, comme le vaccin Ad26.COV2.S ne contient pas de virus vivant, il est peu probable, sur le plan biologique et clinique, qu’il présente un risque pour l’enfant allaité. Compte tenu de ces éléments, l’OMS recommande l’administration du vaccin Ad26.COV2.S aux femmes allaitantes au même titre que les autres adultes. L’OMS ne recommande pas d’interrompre l’allaitement en raison de la vaccination.”

Communiqué de presse du Bureau régional de l’OMS pour l’Europe

“Sur la base des preuves disponibles à ce jour et de la connaissance du fonctionnement des vaccins COVID-19, vacciner une mère qui allaite pour la protéger du COVID-19 ne présente aucun risque pour son nourrisson. Les mères qui allaitent qui ont reçu le vaccin COVID-19 ont des anticorps dans leur lait, ce qui pourrait même aider à protéger leurs bébés contre l’infection par le virus.” (traduction de l’anglais)

Interview du Chef d’unité au département Nutrition et sécurité sanitaire des aliments de l’OMS

(Sous-titrée en français par IHAB France)

[Documents consultés le 01/09/2021]

Ce que dit l’Academy of Breastfeeding Medicine (ABM)

Le 14 décembre 2020, l’ABM a publié une déclaration concernant les deux vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna.

Elle recommande aux mères allaitantes de discuter de cette décision avec ses médecins, et encourage les soignants à prendre en compte les avantages du vaccin pour la prévention du COVID-19 et de ses complications, des risques pour la mère et l’enfant de l’arrêt de l’allaitement maternel et de la plausibilité biologique des risques et des avantages du vaccin pour l’enfant allaité.

“Ces conversations sont difficiles, car l’essai de vaccin Pfizer / BioNtech a exclu les personnes allaitantes. En conséquence, il n’y a pas de données cliniques concernant la sécurité de ce vaccin chez les mères qui allaitent. Cependant, il y a peu de vraisemblance biologique que le vaccin soit nocif, et les anticorps anti-SRAS-CoV-2 dans le lait peuvent protéger l’enfant qui allaite.

Le vaccin est composé de nanoparticules lipidiques contenant de l’ARNm de la protéine Spike SARS-CoV-2; la séquence d’ARNm code uniquement pour cette protéine. Ces particules sont injectées dans le muscle, où les nanoparticules sont absorbées par les cellules musculaires. Ces cellules musculaires transcrivent ensuite l’ARNm pour produire une protéine Spike. La protéine Spike fabriquée par la cellule stimule une réponse immunitaire, protégeant l’individu de la maladie COVID-19.

Pendant l’allaitement, il est peu probable que les lipides du vaccin pénètrent dans la circulation sanguine et atteignent les tissus mammaires. Si c’est le cas, il est encore moins probable que la nanoparticule intacte ou l’ARNm soit transféré dans le lait. Dans le cas peu probable où l’ARNm serait présent dans le lait, il devrait être digéré par l’enfant et il est peu probable qu’il ait des effets biologiques.” (traduction de l’anglais)

[Documents consultés le 07/07/2021]

Ce que le dit le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT)

“A ce jour dans la littérature, parmi environ 4000 femmes vaccinées par un vaccin à ARNm contre la Covid-19 en cours d’allaitement, aucun événement particulier n’a été retenu chez leurs enfants.

Au CRAT, sur une centaine d’enfants qui ont fait l’objet d’un recueil grâce à la contribution de professionnels de santé, aucun événement particulier n’a été retenu à ce jour (vaccin à ARNm dans 80% des cas).

Ceci confirme les éléments suivants :

  • Le passage systémique de l’ARNm et du vecteur viral après la vaccination n’étant pas attendu, leur présence dans le lait ne l’est pas non plus.
  • Les vaccins à ARNm et à vecteur viral contre la Covid-19 sont dépourvus de pouvoir infectant.
  • L’enfant allaité ne risque donc pas d’être infecté par le vaccin effectué à sa mère.

Au vu de ces éléments, une vaccination par vaccin à ARNm ou à vecteur viral contre la Covid-19 est possible chez une femme qui allaite.

[Documents consultés le 26/11/2021]

Ce que dit l’UNICEF

“Devrais-je me faire vacciner contre la COVID-19 si j’allaite ?
Les chercheurs étudient actuellement la vaccination contre la COVID-19 chez les femmes qui allaitent, mais les informations disponibles restent limitées à ce stade. L’OMS conseille de proposer la vaccination aux femmes allaitantes qui font partie d’un groupe prioritaire, par exemple aux soignantes. L’allaitement maternel peut continuer après la vaccination et demeure l’un des meilleurs moyens de protéger votre enfant de diverses maladies et de l’aider à rester en bonne santé.

[Documents consultés le 07/07/2021]

Ce que disent les Nations Unies

“Je peux me faire vacciner si j’allaite.
INFO. Les femmes qui allaitent peuvent se faire vacciner. Il n’y a pas de risque de transmission du virus dans le lait maternel car aucun des vaccins présents sur le marché ne contient de virus vivant.”

[Documents consultés le 02/08/2021]

Pharmacovigilance

Les Centres Régionaux de Pharmacovigilance (CRPV) de Lyon et Toulouse assurent le suivi des effets indésirables rapportés avec l’ensemble des vaccins contre la COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes.

Consultez  le dossier thématique “Femmes enceintes ou allaitantes : ce qu’il faut savoir” de l’’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANMS), dont :

  • Enquête de Pharmacovigilance sur les effets indésirables des vaccins Covid19 chez les femmes enceintes et allaitantes – Rapport n°9 – Période du 03/12/2021 au 27/01/2021 (04/03/2022) :
    “Au total 50 enfants allaités âgés de 1 mois à 2 ans et demi ont présenté des effets indésirables après la vaccination maternelle. Les effets rapportés sont variés (troubles généraux, affections de la peau ou affections gastro intestinales) avec principalement des troubles généraux dominés par des épisodes fébriles et troubles gastro intestinaux survenant dans des délais variables après la vaccination de la mère. Ces signalements ne permettent pas d’établir un lien entre la vaccination et les effets rapportés.
    S’agissant des effets sur la lactation, il semble y avoir une prédominance de notifications de baisse de la lactation mais les dossiers sont succincts et les effets rapportés subjectifs sans confirmation objective. L’âge des enfants n’est souvent pas renseigné de même que le type d’allaitement en place. Aucun lien avec la vaccination ne peut donc être établi.
    5 cas supplémentaires de mastite/suspicion de mastite porte le total à 8 cas depuis le début du suivi. La mastite est un évènement fréquent dont l’incidence varie entre 2,9 et 33 % (7) en fonction des pays dont 74 à 95 % dans les 12 premières semaines post-partum. Le nombre de cas rapporté est donc bien inférieur à ce que l’on pourrait attendre. Les données actuelles ne permettent donc pas de conclure à un lien avec la vaccination
    mais ces effets font l’objet d’une surveillance particulière.
    A ce stade, les données sur cette période et depuis le début du suivi ne permettent pas de retenir de signal particulier.

[Documents consultés le 16/02/2021]

Don de Lait maternel

D’après l’Association des Lactariums de France, à partir des données disponibles :

Se faire vacciner contre le SRAS-CoV-2 n’est pas considéré comme un critère d’exclusion pour le don de lait.

[Documents consultés le 26/11/2021]

Ce que dit LactMed (Drugs and Lactation Database)

“Aucune preuve ne suggère que recevoir un vaccin contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, soit nocifpour la mère qui allaite ou pour le nourrisson allaité. Des anticorps et des lymphocytes T apparaissent dans le lait après la vaccination maternelle, ce qui neutralise le virus du SRAS-CoV-2 et protège probablement le nourrisson contre l’infection au COVID-19. Les organisations professionnelles et les autorités sanitaires gouvernementales ont recommandé que les vaccins soient offerts à celles qui allaitent parce que les avantages potentiels de la vaccination maternelle pendant l’allaitement l’emportent sur les risques théoriques, y compris les mères atteintes de diabète gestationnel. La vaccination a provoqué peu de troubles de la lactation chez les mères allaitantes, bien que quelques-unes aient signalé une coloration bleue ou bleu-vert de leur lait.”

[Documents consultés le 23/03/2022]

Ce que dit e-lactancia

La vaccination contre la COVID-19 est classée dans la catégorie “Risque très faible. Sûr. Compatible. Risque minime pour l’allaitement et le nourrisson.”

La vaccination contre la COVID-19 ne doit pas être un obstacle à l’initiation de la lactation ni une cause de son interruption.

[Documents consultés le 23/03/2022]

Quelques ressources…

Discussions

Replays de conférences en ligne

Etudes et nouvelles ressources

Ressources ajoutées en Mars 2021

  • Réaction au vaccin COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes: une étude de cohorte [angl.]: Les vaccins à ARN messager (Pfizer/BioNTech et Moderna) contre la COVID-19 ont généré une immunité humorale robuste chez les femmes enceintes et allaitantes, avec une immunogénicité et une réactogénicité similaires à celles observées chez les femmes non-enceintes. Les réponses immunitaires induites par le vaccin étaient significativement supérieures à la réponse à une infection naturelle. Le transfert immunitaire aux nouveau-nés a eu lieu via le placenta et le lait maternel.
Ressources ajoutées en Avril 2021
  • Des anticorps anti-SRAS-CoV-2 dans le lait maternel après la vaccination avec le Pfizer-BioNTech /BNT162b2 [angl.] : cette étude montre une élévation conséquente des niveaux d’IgG / IgA dans le lait maternel après la vaccination. Une réponse immunitaire similaire à celles observées dans des études antérieures sur la vaccination maternelle contre la grippe et la coqueluche. Une diminution concomitante des taux de maladies respiratoires infantiles suggère que la vaccination maternelle confère une protection contre l’infection chez les nourrissons allaités. Ainsi, la vaccination Pfizer-BioNTech / BNT162b2 pourrait également conférer une protection contre la COVID-19 aux nourrissons allaités. L’étude admet être limitée par un petit nombre de participants et souligne la nécessité d’autres études, mais suggère néanmoins un bénéfice immunitaire potentiel pour les nourrissons de personnes allaitantes jusqu’à 80 jours après la vaccination COVID-19.
  • Anticorps anti-SRAS-CoV-2 dans le lait maternel après la vaccination COVID-19 des femmes qui allaitent [angl.] : une étude de cohorte menée sur 6 semaines avec 84 femmes israéliennes allaitantes ayant reçu 2 doses du vaccin Pfizer-BioNTech / BNT162b2 montre une sécrétion robuste d’anticorps IgA et IgG anti-SRAS-CoV-2 dans le lait maternel pendant 6 semaines après la vaccination. La sécrétion d’IgA était évidente dès 2 semaines après la vaccination, suivie d’un pic d’IgG après 4 semaines (une semaine après le deuxième vaccin).
  • Vaccination Covid-19 chez les femmes diabétiques, enceintes et allaitantes [angl.]: des endocrinologues italiennes se sont réunies pour discuter des informations disponibles concernant l’opportunité pour les femmes enceintes et allaitantes atteintes de diabète et/ou d’obésité de recevoir le vaccin COVID-19. Considérant que l’infection par le SARS-CoV-2 augmente les risques pour la mère et le fœtus  et que la présence  d’autres facteurs de risque tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’obésité, les exposent à de graves complications en cas d’infection, il est préconisé de vacciner les femmes enceintes et allaitantes atteintes de diabète après une évaluation individuelle des bénéfices/risques.

Ressources ajoutées en Mai 2021 :

  • Immunogénicité des vaccins à ARNm COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes [angl.]: cette étude de cohorte portait sur 103 femmes ayant reçu un vaccin à ARNm COVID-19, 30 d’entre elles étaient enceintes et 16 allaitantes. L’immunogénicité a été démontrée chez toutes et des anticorps provoqués par le vaccin ont été trouvés dans le sang de cordon du nourrisson et le lait maternel. Les femmes vaccinées, qu’elles soient enceintes ou non, ont développé des réponses immunitaires à réaction croisée contre les variants préoccupants du SRAS-CoV-2.
  • Y a-t-il eu 9 enfants morts après vaccination aux Etats-Unis ? Un article Checknews de Libération sur la mauvaise lecture des données de pharmacovigilance qui laisse penser que le vaccin contre le Covid-19 avait provoqué le décès de mineurs américains, dont un nourrisson allaité après la vaccination de sa mère.

Ressources ajoutées en Juin 2021 :

  • Le lait maternel des femmes infectées ou vaccinées contre le coronavirus contient des anticorps contre le covid [es.] : l’initiative multidisciplinaire espagnole MilkCorona a pour objectif principal d’étudier l’impact de l’infection naturelle par le SRAS-CoV-2 et de la vaccination sur le lait maternel. De plus, il s’agit de savoir si la réponse immunitaire dépend de la vaccination, si les taux d’anticorps contre le SARS-CoV-2 sont comparables à ceux des femmes ayant souffert du covid-19, ainsi que l’impact de la vaccination sur ces dernières.  L’étude suivante est un des résultats de cette initiative :
    • Les IgA et IgG anti-Sars-Cov-2 dans le lait maternel après la vaccination dépendent du type de vaccin et de l’exposition antérieure au Sars-Cov-2 , une étude longitudinale [angl.] : des femmes allaitantes des groupes prioritaires recevant la vaccination contre le SRAS-CoV-2 (Pfizer, Moderna ou Astrazeneca) ont été incluses. L’étude montre une augmentation des taux d’IgG et d’IgA anti-SARS-VoV-2 après
      l’injection de 2 doses de vaccin. Bien qu’il existe une forte variabilité intra-individuelle et inter-individuelle dans la génération d’anticorps spécifiques du SRAS-CoV-2 dans le lait maternel, l’étude montre que ces anticorps dépendent également du type de vaccin et de l’exposition virale précédente. Ces observations suggèrent que la vaccination est une stratégie clinique utile pour impacter les niveaux d’IgG anti-SARS-CoV-2 dans le lait maternel avec un effet protecteur potentiel pour le nourrisson.
      Attention ! cette étude est un pré-print, c’est-à-dire que l’article n’a pas encore été finalisé par les auteurs et publié formellement dans une revue savante, peut contenir des erreurs et rapporter des informations qui n’ont pas encore été acceptées ou approuvées de quelque manière que ce soit par la communauté scientifique ou médicale. Cette publication anticipée a pour objectif de permettre à d’autres scientifiques de voir, discuter et commenter les résultats, mais il faut bien garder à l’esprit qu’elle n’est pour l’instant pas certifiée
  • Vidéo question-réponse de l’ARS Nouvelle-Aquitaine avec la Dr. Morineaud : “la vaccination chez la femme allaitante est possible puisqu’au regard des connaissances biologiques actuelles il n’y a pas de passage des composants du vaccins dans le lait maternel et donc pas vers le nourrisson. Et donc même si vous souhaitez allaiter, vous pouvez vous faire vacciner si vous ne l’avez pas encore été.
  • Vaccins COVID et allaitement : ce que disent les données : la revue Nature fait le point sur les premières études publiées . “Les vaccins ne passent pas par le lait maternel, mais les anticorps si, offrant l’espoir que les bébés allaités pourraient recevoir un certain niveau de protection.”

Ressources ajoutées en Juillet 2021 :

Ressources ajoutées en Août 2021 :

Ressources ajoutées en Septembre 2021 :

Ressources ajoutées en Octobre 2021 :

  • Vaccination COVID-19 chez les femmes enceintes et allaitantes : une revue systématique [angl.] / Expert Review of Vaccines : “Les études n’ont pour l’instant pas mis en évidence d’effets indésirables plausibles chez les femmes enceintes vaccinées ou chez leurs nouveau-nés. La réactogénicité chez les femmes allaitantes et enceintes ne semble pas différer de la population générale. De même, le taux d’avortement ne diffère pas des femmes enceintes non vaccinées étudiées avant la pandémie de COVID-19. Il semble également qu’une quantité importante d’immunoglobulines anti-SRAS-CoV-2 soit transférée par le placenta et le lait maternel au nouveau-né, lui conférant une immunité humorale.”
  • Vaccin à ARNm COVID-19 et réponse en anticorps chez les femmes allaitantes : une étude de cohorte prospective [angl.] / BMC Pregnancy and Childbirth : “Les preuves de transfert d’anticorps dans le lait maternel après la vaccination contre le COVID-19 dans cette étude sont rares. La présence d’anticorps dans le lait maternel est signalée, mais l’immunisation via l’allaitement reste à établir.”

Ressources ajoutées en Novembre 2021 :

Ressources ajoutées en Décembre 2021 :

Ressources ajoutées en Janvier 2022 :

Ressources ajoutées en Février 2022 :

Ressources ajoutées en Mars 2022 :

Retour en haut de l’article

Mise à jour le 23/03/2021
Vaccination COVID-19 et allaitement
Publié par : JC, Documentaliste IPA.

 

Mots clés : , , , , , ,

Articles en lien

  • Portée et impact des stratégies du marketing numérique des substituts du lait maternel

    Le marketing digital, d’après les spécialistes, est un “marketing sous stéroïdes”. C’est une nouvelle façon  de faire qui est très […]

    Lire la suite >
  • Marketing abusif des substituts du lait maternel : une industrie qui pèse 55 milliards de dollars

    Ce rapport concerne le marketing et non le produit. Ce rapport porte sur le droit fondamental des parents, mères et […]

    Lire la suite >
  • Section de freins de langue chez les nourrissons et les enfants : alerte sur des pratiques abusives et recommandations

    IPA se joint aux sociétés savantes et associations de professionnels pour un appel collectif à la vigilance En France, les […]

    Lire la suite >