Mise à jour des recommandations sur l’allaitement de l’American Academy of Pediatrics

18 août 2022 | Recommandations officielles

L’Académie de pédiatrie américaine actualise ses recommandations sur l’allaitement et l’utilisation de lait maternel, et s’aligne sur les recommandations de l’OMS.

Depuis la publication des recommandations de 2012 de l’American Academy of Pediatrics (AAP) sur l’allaitement et l’utilisation du lait maternel, la recherche et les revues systématiques ont continué à renforcer la conclusion selon laquelle l’allaitement et le lait maternel sont les standards normatifs de l’alimentation et la nutrition des nourrissons.

L’American Academy of Pediatrics (AAP) recommande l’allaitement maternel exclusif pendant environ 6 mois après la naissance. De plus, l’AAP soutient la poursuite de l’allaitement maternel, conjointement à l’introduction d’aliments complémentaires appropriés vers 6 mois, tant que la mère et l’enfant le souhaitent mutuellement pendant 2 ans ou plus.

Ces recommandations sont conformes à celles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’AAP s’alignant désormais notamment sur l’âge d’introduction d’aliments complémentaires et la durée de continuation de l’allaitement. 

Les contre-indications médicales à l’allaitement sont rares. L’AAP recommande que les hôpitaux ou les centres de naissance mettent en œuvre des pratiques de soins de maternité qui améliorent l’initiation, la durée et l’exclusivité de l’allaitement. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et la Joint Commission surveillent les pratiques d’allaitement dans les hôpitaux américains. Les pédiatres jouent un rôle essentiel dans les hôpitaux, dans leurs pratiques et dans leurs communautés en tant que défenseurs de l’allaitement maternel et, par conséquent, doivent être formés sur les avantages de l’allaitement maternel pour les mères et les enfants et sur les techniques gestion de l’allaitement.

Le lait humain est tout ce dont un bébé a besoin pendant les six premiers mois de sa vie“, a déclaré Joan Younger Meek, autrice principale des rapports, rédigés par la section AAP sur l’allaitement maternel. “Le lait maternel est unique dans ses nutriments et ses effets protecteurs, et vraiment remarquable quand on regarde ce qu’il fait pour le développement du système immunitaire d’un enfant. Tout le monde ne peut pas allaiter ou continuer à allaiter aussi longtemps qu’elle le souhaite pour diverses raisons, notamment les obstacles lors de la reprise du travail. Les familles méritent un soutien sans jugement, des informations et de l’aide pour les guider dans l’alimentation de leur enfant.

“L’AAP considère l’allaitement comme un impératif de santé publique et aussi comme une question d’équité“, a déclaré Lawrence Noble, co-auteur des rapports. “Les pédiatres et autres professionnels de la santé peuvent aider les mères à atteindre leurs objectifs d’allaitement et à fournir des soins inclusifs, équitables et adaptés aux sensibilités culturelles.”

L’AAP a publié deux documents, une déclaration de politique et un rapport technique, qui détaillent les preuves scientifiques (evidence-based) qui permettent d’établir les recommandations sur l’allaitement et l’utilisation de lait maternel : épidémiologie, durée et exclusivité de l’allaitement, effets sur la santé infantile, effets sur la santé maternelle, situations particulières, addictions, prématurité, environnement médical, retour au travail, traitements médicamenteux, situations familiales…etc.

Les 10 recommandations clés de l’AAP : 

  1. L’AAP recommande l’allaitement exclusif pendant environ 6 mois, avec l’introduction d’aliments complémentaires à environ 6 mois, et selon le désir mutuel de la mère et de l’enfant, soutient la poursuite de l’allaitement jusqu’à 2 ans ou au-delà.
  2. L’AAP recommande que les hôpitaux ou les centres de naissance mettent en œuvre des pratiques de soins de maternité qui améliorent l’initiation, la durée et l’exclusivité de l’allaitement, telles que celles des dix étapes de l’OMS pour un allaitement réussi, telles que gérées par le CDC. (L’AAP reconnaît que l’Initiative Hôpital Ami des Bébés augmente l’initiation et la durée de l’allaitement)
  3. Les pédiatres doivent fournir des informations afin que les parents puissent prendre une décision éclairée en matière d’alimentation. La décision d’alimentation des parents doit être pleinement appuyée, sans pression ni culpabilité par aucun membre de l’équipe de soins de santé.
  4. Les parents qui accouchent doivent être encouragés à allaiter grâce à l’initiation précoce du contact peau à peau et à l’allaitement fréquent, avec un soutien qualifié à la lactation facilement disponible dans les maternités.
  5. Les pédiatres sont encouragés à utiliser les ressources récentes et actualisées, telles que la base de donnée LactMed, pour fournir des conseils et éviter d’interrompre inutilement l’allaitement, même temporairement, car la plupart des affections maternelles, des médicaments et des vaccinations sont compatibles avec l’allaitement.
  6. Les pédiatres doivent connaître les avantages pour la santé de l’allaitement, les techniques de gestion de l’allaitement et être capables de fournir des soins d’allaitement adaptés à la culture. Les pédiatres peuvent mettre en œuvre des politiques et des pratiques de soutien à l’allaitement dans leurs cabinets et être prêts à s’associer aux ressources communautaires pour améliorer le soutien à l’allaitement. Les pédiatres et les cabinets pédiatriques peuvent envisager de s’associer à des spécialistes de la lactation pour soutenir les parents et les enfants dans le parcours d’allaitement.
  7. Les pédiatres jouent un rôle dans la promotion de politiques socialement et culturellement adaptées qui soutiennent les familles qui allaitent et peuvent travailler pour remédier aux inégalités dans la prestation des soins au cabinet, à l’hôpital et dans la communauté afin d’éliminer les disparités dans l’allaitement.
  8. Les pédiatres peuvent aider les parents qui ont donné naissance à des prématurés et à d’autres nourrissons vulnérables à établir un approvisionnement complet en lait maternel en travaillant avec le personnel hospitalier pour faciliter l’expression précoce et fréquente du lait. Le lait de donneuse pasteurisé est recommandé pour les nourrissons de très faible poids à la naissance lorsque le lait maternel n’est pas disponible ou en complément du lait maternel.
  9. Les politiques qui protègent l’allaitement, telles que : le congé de maternité payé universel ;  le droit d’une femme d’allaiter en public ; la couverture d’assurance santé pour l’accès au soutien à la lactation et l’accès aux tire-lait;  la possibilité de garde d’enfants sur sur site et le droit universel à des pauses sur le lieu de travail avec un lieu propre et privé pour exprimer le lait ; le droit de nourrir au lait exprimé , le droit d’allaiter dans les garderies ; et les salles de lactation dans les écoles, sont toutes essentielles pour aider les familles à poursuivre l’allaitement.
  10. Les taux nationaux d’allaitement jusqu’à l’âge de 2 ans doivent être suivis et les données doivent être stratifiées en fonction des disparités connues en matière d’allaitement par l’infrastructure nationale de santé publique. Ces données doivent être stratifiées par race, origine ethnique et démographie socio-économique pour les disparités d’allaitement connues selon les États, les services de santé locaux, les hôpitaux et les pratiques pédiatriques, car ces données éclaireront les domaines qui doivent être améliorés.

 

Joan Younger Meek, Lawrence Noble, Section on Breastfeeding; Policy Statement: Breastfeeding and the Use of Human Milk. Pediatrics July 2022; 150 (1): e2022057988. 10.1542/peds.2022-057988

Joan Younger Meek, Lawrence Noble; Technical Report: Breastfeeding and the Use of Human Milk. Pediatrics July 2022; 150 (1): e2022057989. 10.1542/peds.2022-057989

 

Actualisation des recommandations pour la prévention de la Mort Inattendue du Nourrisson (MIN)

Conjointement, l’AAP a également actualisé ses recommandations pour réduire les décès infantiles dans l’environnement du sommeil (sudden infant death syndrome).

On peut y lire à propos de l’allaitement :

L’alimentation au lait maternel est recommandée car elle est associée à un risque réduit de Mort Inattendue du Nourrisson (MIN). À moins que cela ne soit contre-indiqué ou que le parent ne soit pas en mesure de le faire, il est recommandé que les nourrissons soient nourris exclusivement avec du lait maternel (c’est-à-dire qu’on ne leur offre aucun substitut du lait maternel ou d’autres suppléments à base de lait animal ou  végétal) pendant environ 6 mois, avec la poursuite de l’alimentation au lait maternel pendant 1 an ou plus selon les souhaits mutuels des parents et du nourrisson, conformément aux recommandations de l’AAP.”

La recommandation d’allaitement exclusif pendant 6 mois était déjà établie en 2016, l’actualisation de 2022 inclut désormais également la recommandation de la poursuite de l’allaitement pendant 1 an ou plus.

Rachel Y. Moon, Rebecca F. Carlin, Ivan Hand, THE TASK FORCE ON SUDDEN INFANT DEATH SYNDROME AND THE COMMITTEE ON FETUS AND NEWBORN; Sleep-Related Infant Deaths: Updated 2022 Recommendations for Reducing Infant Deaths in the Sleep Environment. Pediatrics July 2022; 150 (1): e2022057990. 10.1542/peds.2022-057990

Pour aller plus loin  :

Publié par : JC, Documentaliste IPA.

 

Mots clés : , , , , , , ,

Articles en lien

  • Mort Inattendue du Nourrisson : effet protecteur de l’allaitement

    La première circonstance de décès des nourrissons avant l’âge d’un an, qui touche  250 à 350 bébés en France chaque […]

    Lire la suite >
  • Portée et impact des stratégies du marketing numérique des substituts du lait maternel

    Le marketing digital, d’après les spécialistes, est un “marketing sous stéroïdes”. C’est une nouvelle façon  de faire qui est très […]

    Lire la suite >
  • Marketing abusif des substituts du lait maternel : une industrie qui pèse 55 milliards de dollars

    Ce rapport concerne le marketing et non le produit. Ce rapport porte sur le droit fondamental des parents, mères et […]

    Lire la suite >